Rechercher

L'indépendance émotionnelle

Dernière mise à jour : 10 nov.


indépendance émotionnelle situation pensée émotion réaction

Nous avons souvent tendance à croire que nos émotions découlent directement de ce qui se passe autours de nous, comme une réaction réflexe incontrôlable. La théorie de l’indépendance émotionnelle contredit cette croyance.


Elle nous explique que lorsqu’on vit une situation, notre premier réflexe va être de l’analyser et d’émettre une opinion sur ce qui est en train de se passer. C’est ensuite de cette pensée que va naitre l’émotion qui entrainera une réaction de notre part. L’émotion est donc directement dépendante de nos pensées et non de la situation en tant que telle.


Imaginons que vous conduisez sur l’autoroute un matin, et vous vous retrouvez bloqué dans les embouteillages. Vous pourriez penser « Ça va me mettre en retard pour le travail » et ressentir de l’agacement, ou « Il y a peut-être eu un accident » et ressentir de la tristesse pour les éventuelles victimes, ou encore « Super, une bonne excuse pour rater la première heure de cours » et ressentir de la joie. Une même situation peut donc déclencher différentes émotions en fonction de l’opinion qu’on s’en fait.


Si vous souhaitez travailler sur vos émotions négatives, ça ne se fera pas en essayant de les écraser. C’est en travaillant sur votre manière de voir les choses que vous pourrez avoir un réel impact sur vos émotions. Cela ne veut pas dire que vous aller trouver de la joie dans tout, mais que vous pouvez vous empêcher d’avoir des pensées qui rajoutent encore plus de colère et de tristesse à une situation qui en amène déjà assez.

17 vues